Session 31 – 1 au 3 décembre 2019

Jouée le 20 octobre 2017

Présent

  • Chris (Shen Xiuying, chinois, écologiste, pratiquant des arts martiaux et magie des éléments)
  • Stéphanie (Phoebe Hills, australienne, violoniste classique, spécialiste en magie basée sur la musique et manipulation des émotions)
  • Thalie (Jeane Frei, a.k.a. « Hexadaze », américaine, programmeuse, hacker, et technomage)
  • Fleurien (Nova Njaladottir, islandaise, inventrice, furry, experte en explosifs, inventions et magie du feu)
  • Olivier (Gustav Forsberg, suédois, photo journaliste et explorateur, spécialiste dans l’art de l’infiltration)

Absent

  • Isabelle (Marie-Pomme Viau, canadienne, médecin, guérisseuse et nécromancienne)

 

1 décembre 2019

  • Le groupe a une discussion sur les E’birm. L’hypothèse de Shen est que la planète qui s’est inséré dans le système solaire de New Greenland pourrait être la planète des E’birm, mais il n’a absolument aucune preuve de ça.
  • Jeane fait une recherche sur les E’birm. Après plusieurs heures, elle ne trouve que des traces dans de vieilles légendes d’une race protectrice et amicale, intéressée au bien-être de la galaxie, et qui serait disparue dans un passé très lointain, bien avant que les archives galactiques courantes n’aient été créées.
  • Jeane en profite pour faire une recherche sur la Terre dans les archives. Elle trouve de l’information, mais rien qui ne date d’avant sa découverte par le Conseil.
  • Elle fouille également l’histoire de la galaxie pour avoir une meilleure idée de son histoire. Ce qu’elle trouve semble montrer qu’il y a eu plusieurs cycles de civilisation.  Elle ne trouve cependant aucune information sur le cycle ayant causé la destruction généralisée voilà un milliard d’années et dont le groupe a eu des visions lors du retour de la magie sur Terre.
    • Le premier cycle vraiment mentionné s’est déroulé voilà environ 300 millions d’années alors qu’une espèce nommée les Vankars a développé une magie industrielle qui leur a permis de développer le voyage spatial. Les Vankars étaient une race conquérante ayant construit un grand empire, mais après quelques centaines de milliers d’années, il s’est écroulé sous des pressions internes et externes, et les Vankars ont été détruits. Le principe de voyage interstellaire magique a cependant été gardé par plusieurs des civilisations maintenant libérées.
      • La planète d’origine des Vankars est donnée, mais n’existe pas dans le catalogue des mondes connus.
      • Aucune indication n’est donnée s’il existe des descendants.
    • S’en est suivi une longue, très longue période de noirceur, avec des centaines des milliers d’alliances et de guerres entre différentes espèces. La plupart de ces espèces sont disparues à leur tour.
    • Finalement, voilà environ deux millions d’années, les Zha, Elcor, Xircan, Jorull et Kornossi ont formé une alliance qui est devenue le Conseil pour favoriser la paix et l’évolution des civilisations par des moyens magiques.
  • Le groupe note l’information sur l’auteur du document sur les E’birm, un Jorull nommé Vorijamglovu, dans le but de le retrouver. Une recherche révèle qu’il était un historien aimant se promener sur les mondes primitifs à la recherche de vieilles légendes. Malheureusement, il est mort voilà quelques centaines d’années.
  • Le groupe décide quand même de se lancer sur sa trace et de se rendre sur Veer, la planète des Jorull. Ils vont donc au bureau de l’ambassade Jorull pour y obtenir une autorisation.

 

2 décembre 2019

  • Le groupe, sans Marie-Pomme qui décide de rester en arrière pour lire le livre de nécromancie, traverse le portail vers Veer et se retrouve dans une caverne où des fonctionnaires Jorull leur font remplir des documents pour obtenir un visa et un talisman pour le langage. Certains sorts sont utilisés sur eux, bien qu’ils ne puissent deviner leurs effets.
  • Ils sont conduits à l’extérieur, où ils se retrouvent en pleine nature. Un Jorull pilotant une petite plateforme volante les attend pour leur servir de Guide. Il s’appelle Oligargoglu, ou Oli tout simplement. Comme c’est la fin de la journée, il a pour mission immédiate de les emmener dans un village proche pour y passer la nuit.
  • Pendant le voyage, le groupe a l’occasion d’examiner un peu le monde des Jorull. Celui-ci semble encore très rural, avec de petits villages visibles de temps en temps. La nature est très présente, avec de nombreuses fermes. Le ciel est bleu et les nuages blancs, bien que ceux-ci semblent vibrer un peu. 
  • Le véhicule arrive éventuellement dans un village un peu plus important. Plusieurs des maisons semblent très grandes, bien qu’aucune n’ai plus d’un étage. Oli leur montre de la main un groupe de dix petites cabines disposées en deux rangées de cinq, et leur dit que c’est là que les visiteurs demeurent. Il se pose ensuite pour les laisser descendre.
  • Le groupe inspecte rapidement les cabines.  De loin elles semblent rudimentaires, mais un examen montre que la qualité du travail est exceptionnelle et que les murs sont extrêmement solides. Chaque cabine a une fenêtre sans vitre, mais avec des volets en bois massif pour les bloquer. 
  • Alors que chacun prend possession de sa cabine, Oli les avertit que le soleil va se coucher dans une trentaine de minutes, et qu’un nombre très élevé vont sortir de leur repère. Cela ne dérange pas les Jorull, pour qui ils sont une source de nourriture, mais plusieurs étrangers trouvent cela très dérangeant. Il leur conseille donc de bien fermer leurs volets, et passera les chercher le lendemain matin.
  • Avant qu’il parte, le groupe le met au courant du but de leur recherche, et il répond qu’il les emmènera au centre de savoir de la ville. Il révèle également que chaque jour sur Veer dure plus de 38 heures, et donc que la nuit qui s’apprête à tomber durera plus de 16 heures. Pour la bouffe, il dit que la plupart des visiteurs préfèrent amener la leur, mais il est possible de se procurer une sorte de pâte contenant certains éléments de base. Il n’a cependant aucune idée si elle est comestible pour les humains. 
  • Gustav profite des derniers rayons du soleil pour se promener dans la ville. Il peut voir qu’à l’extérieur des cabines pour visiteurs, les maisons Jorulliennes sont énormes, sans murs internes sauf pour des pilliers de support. De nombreuses familles semblent vivre dans chacune d’elle. Il a l’impression que cette espèce, dont chaque être est formé de centaines ou de milliers de petits reptiles, n’a pas de notion d’espace ou de vie privé, et que tout est partagé avec la communauté.
  • Phoebe va se procurer la pâte de base et tente d’en faire un repas viable. Malheureusement, elle n’a aucun assaisonnement ou méthode de cuisson à sa disposition, alors le résultat n’est pas très réussi.
  • Le groupe passe la nuit dans leur chambre respectif à dormir et étudier. Dès la tombée de la nuit, ils commencent à entendre un bourdonnement sourd dehors, et des petits claquements contre les volets.. Phoebe joue de la musique pour couvrir le son.

 

3 décembre 2019

  • Olie se présente au matin pour les emmener au centre du savoir le plus proche, qui se situe dans une ville pas très loin. Le groupe y rencontre un autre Jorull, Aminuvarsa, qui les aide dans leur recherche sur Vorijamglovu. Celui-ci est encore très connu, et son oeuvre est disponible sur place. Aminuvarsa les conduit dans ce qui semble être un entrepôt gigantesque d’une bonne vingtaine de mètres de haut (alors que de l’extérieur le bâtiment ne semblait avoir qu’un seul étage). Il s’arrête devant une étagère, et lévite jusqu’à ce qu’il puisse saisir une sorte de boite. Il redescend, puis invite le groupe à le suivre dans une salle de consultation. Il pose la boite sur la table et sort.
  • Gustav ouvre la boîte, et aussitôt, le groupe se retrouve dans un bureau de travail. Un Jorull est en train d’écrire, mais voyant le groupe, il arrête et s’avance vers eux. Il leur explique qu’il est une simulation du savant Vorijamglovu, reconstruite à partir de ses souvenir. Cela est possible car chaque Jorull a une mémoire parfaite, une conséquence d’être composé de milliers d’organismes indépendants. 
  • Le groupe commence à lui poser des questions sur les E’birm, mais bien qu’il semble comprendre, ses réponses sont bizarres, remplaçant certains noms bien précis par un simple [nom effacé], comme si sa mémoire avait été altérée.
    • Il dit avoir trouvé des informations sur les [nom effacé] en parlant avec un peuple de la planète [nom effacé] dans le système solaire [nom effacé]. Il ne semble pas du tout réaliser qu’il ne mentionne pas les vrais noms.
  • Comme cela semble avoir été un simple effacement brut de quelques noms, le groupe contourne plus ou moins le problème en posant des questions détournées qui pourraient quand même l’aider à retrouver la trace des E’birm. Pendant la prochaine heure, ils obtiennent les informations suivantes:
    • L’information sur les [nom effacé] a été collectée pendant son quatrième voyage dans le secteur [nom effacé]. Son trajet commençait sur la planète Mariposa, puis [nom effacé], et s’est terminé sur Rana.
    • Ceux qui lui ont parlé de [nom effacé] étaient très accueillants, mais semblent avoir disparu pas très longtemps après son passage. frappé  par une épidémie de [nom effacé].
    • Le livre avec les images [nom effacé] est le dernier livre qu’il a rédigé dans sa carrière. Il l’a écrit sur le chemin du retour, mais dès son arrivée, il a eu un accident. Tout ce qu’il sait, c’est qu’il a reçu quelque chose de lourd sur la tête, et il est mort instantanément. La simulation a appris par la suite qu’il s’agissait d’un ballot lourd.
    • Il est le premier auteur à sa connaissance à avoir écrit sur les [nom effacé], mais il en avait déjà entendu parler par d’autres espèces.
  • Phoebe fait le tour du laboratoire en observant les murs. Elle trouve une image avec trois étoiles bien identifiées et marquées 1, 2 et 3. Elle fait signe à Nova, qui vient la mémoriser. Phoebe demande si l’image représente son quatrième voyage, mais la simulation n’a aucune idée de quoi elle parle. Elle n’a cependant aucun problème à identifier d’autres images.
  • Le groupe pose certaines questions sur la culture Jorullienne
    • La civilisation Jorull existe depuis plus de 40 millions d’années.
    • Tous les organismes de Jorull sont composés d’une multitude de petits organismes moins complexes, mais ça n’a pas été toujours le cas. Veer semble être la seule planète qui a développé ce type de vie. Les Jorull ignorent pourquoi la vie sur Veer a évolué de cette façon.
    • Les Jorull ont une société très égalitaire, et ont réussi à reproduire en partie la collaboration de leurs organismes au niveau des êtres conscients. Mais il n’y a pas de conscience collective, chaque être demeure un individu.
      • Certains aimeraient atteindre cette idée de conscience collectives, d’autres non. Mais pour l’instant, elle n’est pas possible. Cela a même causé quelques conflits dans leur société.
    • Au niveau de la reproduction, il n’y a pas de sexe ou de genre. Tout nouvel être est formé à partir de l’union d’organismes reproducteurs venant de plusieurs Jorull. Le nouveau Jorull n’est pas conscient et n’agit que par instinct, mais il est constamment mis en contact avec d’autres organismes qu’il absorbe; éventuellement, il atteint un niveau critique et s’éveillera comme individu. Jusqu’à ce moment, le “bébé” est considéré comme une non-personne et n’a aucun droit. Certains religieux pensent qu’un dieu vient octroyer cette conscience, mais la majorité de la population rejette cette idée.
    • L’idée de mort individuelle est beaucoup moins importante pour les Jorull, car elle consiste simplement à un retour à l’état original d’organismes séparés, qui pourraient par la suite faire partie d’un nouvel être. Chaque organisme individuel a une espérance de vie bien plus grande qu’un Jorull, et va donc probablement faire partie de plusieurs individus pendant sa propre vie. Certains disent que ces organismes sont possiblement immortels (bien qu’ils peuvent être détruits), mais toute étude sur eux est complètement tabou.
  • Jeane fait un Seek Machine dans la pièce, mais ne détecte rien. Elle conclut donc que le personnage et le laboratoire sont probablement le résultat d’une Illusion complexe.
  • Le groupe pose ensuite des questions à propos de la deuxième planète du dernier voyage, mais au moment où la simulation s’apprête à donner de plus amples détails, l’illusion se termine subitement et le groupe se trouve à nouveau dans la salle de consultation.
  • Le groupe revient à la réception et pose quelques questions à Aminuvarsa.
    • Personne n’est venu consulter la boîte de Vorijamglovu dernièrement.
    • Aminuvarsa confirme la manière dont Vorijamglovu est mort, mais ajoute qu’un autre Jorull est arrivé sur scène tout de suite après et sous prétexte d’examiner le corps, a tenté de récupérer le manuscrit. Heureusement, deux élèves de Vorijamglovu étaient présents et ont pu empêcher le vol. Les notes ont été ramenés au centre du savoir et un livre a été créé.
    • À sa connaissance, aucune censure n’a été faite, que ce soit dans le livre ou la simulation: la manière normale de procéder est de construire la simulation en y versant toutes les informations contenues dans le cerveau du mort. Il ignore s’il est possible de modifier les mémoires, mais c’est quelque chose qui n’est jamais fait.
    • Phoebe utilise l’information obtenue de la simulation pour fouiller les ramener les connaissances en astronomie des Jorull et réduire les choix possibles pour la planète manquante à trois planètes . La plus probable s’appelle Xera, et les deux autres Vitua et Sacri. 
  • Le groupe et Aminuvarsa retournent à la salle de consultation. Ils ouvrent la boîte de Vorijamglovu, mais rien ne se passe. Le Jorull est très surpris et demande ce que le groupe a fait. Ils lui expliquent ce qui s’est passé auparavant, ce qui le surprend énormément car ce genre de malfonction ne se produit jamais.
  • Aminuvarsa utilise sa propre magie pour examiner la boîte, et peut constater que quelqu’un semble avoir joué avec. Il se concentre, et réussit à redémarrer la simulation. Le groupe utilise le fait que simili-Vorijamglovu est capable de se rappeler de son voyage pour confirmer que la planète sur laquelle il a entendu parler des E’Birm est Xera. Il indique qu’il y a un portail sur Mariposa menant sur Xera.
  • À la demande d’Aminuvarsa, le groupe reprend la discussion qui a causé le premier crash, et la même chose se reproduit. Aminuvarsa confirme qu’il n’a jamais vu ça, et qu’il va tenter de trouver qui est la dernière personne qui a consulté la simulation, quoique rien ne prouve qu’elle soit elle responsable de la situation. Il suppose qu’une modification comme celle-ci doit quand même demander une période de temps assez longue.
  • Gustav tente d’obtenir d’Aminuvarsa des informations sur le focus de Veer, mais comme toutes les autres fois, il se fait répondre que cet objet est sacré et gardé dans le secret. Personne ne peut simplement être mis dans sa présence, encore moins un membre d’une espèce pratiquement inconnue.
  • Le groupe quitte le centre du savoir. Pour dîner, Phoebe et Nova décident de goûter aux spécialités locales faites principalement de vers. Nova n’a aucun problème à les digérer, mais Phoebe manque son jet de HT et doit se retenir pour ne pas tout vomir. Gustav utilise son Esoteric Medicine pour la calmer.
  • Le groupe se rend au Centre d’Information sur les Planètes et y passe le reste des nombreuses heures de l’après-midi pour faire des recherches sur Xera.
    • Elle se trouve dans un système nommé Elato Shati, ce qui signifie “Profond Regret” en Jorull. La planète est relativement petite, avec une gravité de 0.7g. La planète a deux petits continents séparés de chaque côté par un océan plus grand que le Pacifique.
    • Elle est habitée par deux espèces intelligentes, les Ouisti et les Chabru, chacune vivant sur son propre continent. Les deux sociétés sont très primitives, et ont à peine découvert l’agriculture. Ils ne sont pas vraiment en état de concevoir l’idée d’autres planètes ou systèmes solaire; chaque extraterrestre qui s’y rend est plutôt considéré comme l’habitant d’un troisième continent encore inconnu.
    • Les records indiquent que les Ouisti ont été victime d’une épidémie virulente voilà quelques centaines d’années, bien que contrairement à ce que Vorijamglovu ait écrit, ils ne soient pas tous morts. Ils s’en sont même très bien remis. Les connaissance en biologie de Shen lui indique qu’une épidémie qui s’est répandue aussi rapidement dans tout un continent alors que les systèmes de transport sont pratiquement inexistants n’est peut-être pas naturelle.
  • Le groupe se renseigne aussi un peu sur Mariposa, qui semble être plus avancée que Xera.
  • Le groupe retourne aux douanes et font une demande officielle de visa pour Mariposa et Xera à fin d’étude sur Vorijamglovu. Le visa leur est accordé, et ils pourront partir le lendemain matin.
  • Le groupe retourne à ses quartiers pour dormir ou étudier (bien qu’il fasse encore très clair). Éventuellement la nuit tombe, et le bourdonnement externe recommence. 
  • Quelques heures plus tard Jeane, Phoebe et Nova se réveillent pour étudier, alors que Gustav et Shen vont se coucher.
  • Une heure plus tard, les volets de toutes les cinq chambres s’ouvrent subitement.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s